aco

Citations 

variante(s): acho, aqo, aquo, aquot

pron. dém.

A. à valeur anaphorique

a. 'cela, ceci, ce'

T: GarBrunB 277 (‑qu‑ N, G); MarcGHP 39,61 (I); PRogN 6,23 (C); PRogN 4,25 (I, K, R; ‑qu‑ C; ‑ch‑ D); GirBornS 8,11 (‑qu‑ C, E, M, Q, Sg, V); GuirRiqPadenPast 135,23 (‑qu‑ C); ComteAmpDeBarthStorIt 185,36 (‑ch‑ P)

L: SFoiHA 96 (‑q‑); SFoiHA 212 (‑q‑); PrVierge2R 70,23 et pass.; JaufreB 915 et pass. (A); JaufreB 1832 (A; ‑qu‑ B); JaufreB 2561 (‑qu‑ A, B); JaufreB 4794 et pass. (‑q‑ A); GuerreNavS 4315 (‑qu‑); FlamG 3401; FlamG 327 et pass. (‑qu‑); SAlexSuchDenkm 140,553 (‑qu‑); BlandCornH 764 et pass. (‑qu‑)

D: CoutGontArchGir 7:124,9 (‑qu‑); 1400/01 ⊂ ThesSSpG 41v,11 (‑qu‑); JustDienneORV 24r,3 (‑qu‑); 1482/83 ⊂ InjCBarcC 141 (‑qu‑); 1533 Alpes‑M.DocMidiM 607,28 (aquot)

b. e a. [+ complément circonstanciel] '[expression rappelant l'action précédente] et ce'

L: CroisAlbMa 141,12 (‑qu‑) = Lv 1:12b (s. v. a. 2°); CroisAlbMa 134,8 (‑qu‑); JaufreB 958 (A) = Lv 1:12b (s. v. a. 2°); JaufreB 5656 (‑q‑ A); JaufreB 4908 et pass. (‑q‑ A; ‑qu‑ B); JaufreB 5188 et pass. (A; ‑qu‑ B); JaufreB 8213 et pass. (‑qu‑ A, B); FlamG 459

D: 1397 ⊂ LÉtPrGH 11,26a; 1419 ⊂ Pans 5:46,2 (‑qu‑); 1429 ⊂ LÉtPrGH 26,32a et pass. (‑qu‑); JustDienneORV 25r,4 (‑qu‑); 1498 ⊂ Pans 2:249,7 et pass.

c. a. eis, a. meseis 'la même chose'

L: GestaKarS 432 (P) = Rn 3:99a (s. v. meteis); BrevAmR2 1041 et pass. (‑qu‑); BrevAmR3 9272 et pass. (‑qu‑); LibMorZ 454 (‑qu‑); ÉvNic3T 126b,26; ÉvNic3T 94,18 (‑qu‑); LegAurT 86,2 et pass. (‑qu‑)

D: CensChomM 490; 1267/68 ⊂ CConsMontfL J33; LPrivManIC 17,24 (‑qu‑)

d. [+ ben, non] particule de référence dans une réponse affirmative ou négative

L: GirRoussHo 1616 (aquo no); GirRoussHo 5588 (aquo no); JaufreBre 4958 (aquo ben B; hoc ben A)

e. '[identifiant une personne] ce'

L: SFoiHA 133 (‑q‑); SFoiHA 524 (‑q‑); JaufreB 4265 (‑q‑ A; ‑qu‑ B); BarlH 43,27

f. '[rappelant une subordonnée qui précède] cela'

L: SFoiHA 142 (‑q‑); GirRoussHo 1153 (‑qu‑); BarlH 24,12 (‑qu‑)

g. si a. non fos 'sans quoi, autrement'

T: FolqMarsSq 14,48 (I, K, N, P; ‑qu‑ C)

h. per a. loc. adv. 'pour cette raison'

T: JRudP 5‑5a,34 (‑qu‑ Ma); PVidAv 29,15 (‑qu‑; ‑ch‑ Q; introduit l'apodose d'une subordonnée causale)

L: GirRoussHo 5681 (‑qu‑); GirRoussHo 8827 et pass. (‑qu‑); JaufreB 1668 (A; ‑qu‑ B); JaufreB 5161 (‑q‑ A); LSidRn 6:30b; BarlH 37,17; LibMorZ 10 et pass. (‑qu‑); QuinqSeptB 11c,5 et pass.; QuinqSeptB 10a,10 et pass. (‑qu‑); ÉvNic3T 115a,27 et pass.; LegAurT 43,10 et pass. (‑qu‑)

D: 1437 ⊂ LÉtPrGH 28,58a (‑qu‑)

i. per a. [+ nég.] loc. adv. 'malgré cela'

D: 1423 ⊂ Pans 1:89,1 (‑qu‑)

j. nonostan a. loc. adv. 'malgré cela'

D: CConsHermDT 34 (‑qu‑)

k. ses a. loc. adv. 'à part cela, de plus'

T: AnonKolsenSirv 22,7 (‑ch‑ P)

l. a. es, a. son 'c'est‑à‑dire'

L: FlamG 463 (‑qu‑)

B. sert de base à différents types d'explicitation

a. '[annonçant une proposition substantive qui suit] cela'

T: RaimJordA 13,21 (‑qu‑ C)

L: GirRoussHo 6106 (‑qu‑); BlandCornH 502 (‑qu‑); BlandCornH 2337 et pass. (‑qu‑); ÉvNic3T 98c,4 (‑qu‑); NotRégV 14r,20 (‑qu‑)

b. ab a. que [+ ind.] loc. conj. 'pourvu que'

D: 1178 VillemurLv 1:1b (s. v. ab 3°)

c. d'a. () que [+ ind.] loc. conj. 'parce que'

T: GirBornS 25,17 (A, B, D, N, Sg)

L: GirRoussHo 5327 (‑qu‑)

d. d'a. que [+ ind.] loc. conj. 'alors que'

L: BarlH 22,13 (‑qu‑)

e. per a.… que [+ ind.] loc. conj. 'parce que'

L: SermArmitSerm 9,18 (‑qu‑); ÉvNic3T 101a,7 et pass. (‑qu‑)

f. per a. () que [+ subj.] loc. conj. 'afin que'

L: Serm2ArmitSerm 24,13; BarlH 5,24 (‑qu‑)

g. per causa d'a. que [+ ind.] loc. conj. 'pour la raison que'

D: CConsHermDT 28 (‑qu‑)

h. [+ relative déterminative] 'ce'

T: GuilhPeitP 7,14 (‑qu‑); GuilhPeitP 10,6 (‑ch‑ N); MarcGHP D1,10 (A); MarcGHP 28,42 (‑qu‑ C); MarcGHP 44,23 (‑qu‑ E); CercT 4,32 (‑q‑ a1); PAlvF 7,72 (‑qu‑ C); PAlvF 8,48 (‑qu‑ C); BernVentA 45,46 (A, B, D, G, I, K, Q); GirBornS 67,35 (D, I, K, Q, T); GirBornS 32,45 (‑qu‑ C); ArnMarE 218 (R) = Rn 6:31a; AimPegSC 52,2 (A, B, D, I, K, N, R) = Rn 6:31a

L: ÉvSJeanW 13,29; GirRoussHo 2897 et pass. (‑qu‑); JaufreB 1171 (‑q‑ A; ‑ch‑ B); LibDivAmR 115v; BarlH 1,10 et pass. (‑qu‑); PassS 691; LibMorZ 165 et pass. (‑qu‑); LibScintW 29D,8 et pass.; LibScintW 19E,12 et pass. (‑qu‑); QuinqSeptB 9d,23 et pass.; QuinqSeptB 9d,20 et pass. (‑qu‑); ÉvNic2SuchDenkm 391,10 (‑qu‑); ÉvNic3T 112d,26 et pass.

D: 1389 ⊂ Pans 2:99,16 et pass. (‑qu‑); LRecAutOR 58 (‑qu‑)

i. a. meseis () que 'la même chose que'

L: BrevAmR2 1199 (‑qu‑); BrevAmR2 2397 et pass. (‑qu‑); ÉvNic3T 126b,26

j. [+ adv. de lieu] '(tout) ce qui est [dans un lieu]'

L: RecVétPrW 3,4 (aquo dins); RecPharmB 29 (aquo desus); NotRégV 2r12 (aquo de[van]?, cf. NotRégV,Chambon 323)

k. [+ complément adjectif] '(tout) ce qui est…'

T: PAlvF 11,24 (aquo d'ier C)

L: VertCardR 805 (aquo sieu); RecPyrB 462 (a. poyrit)

l. a. petit que 'le peu que'

T: PCardV 21,24 (‑qu‑ C)

L: BrevAmR2 1320 (‑qu‑); BrevAmR2 8626 (‑qu‑)

m. a. [de…] 'propriété rurale, terre(s)'

D: v. 1120 AlbigeoisChartPrB 20,36 et pass. (‑qu‑); 12e s. ⊂ CartRichR 92,16 (‑qu‑, = Pans 1:9,1); 12e s. ⊂ CartRichR 92,21 et pass. (‑qu‑, = Pans 1:9,7 et pass.); v. 1155 RouergueChartPrB 75,4 (‑qu‑); v. 1180 ⊂ Pans 1:10,19 et pass. (‑qu‑); CensChomM 702 (‑qu‑); LRecAutOR 13 et pass. (‑qu‑)

n. a a. de, en a. loc. prép. 'chez [sens locatif ou directionnel]'

D: 1360/61 ⊂ CConsAlbiV2 1:15,159 (‑qu‑); 1381/82 ⊂ CConsAlbiV2 2:53,925; JustDienneORV 12r (‑qu‑); JustDienneORV 16r,2 (‑qu‑); JustDienneORV 27v,2 (‑qu‑); 1498 ⊂ Pans3en‑aquo chez, dans»)

o. a. de loc. prép. 'chez [sens locatif ou directionnel]'

D: CConsAlbiV 215 (‑qu‑); 1379 Saint‑FlourDAOA 256b (aquo); 1411 B.‑AlpesDocMidiM 210,85 (‑qu‑); 1411 B.‑AlpesDocMidiM 213,154 et pass. (‑qu‑); 1419 ⊂ Pans 2:126,34 et pass. (‑qu‑); 1428/29 ⊂ CVFerr2T 389,1 et pass. (‑qu‑); CConsMontV2 339 (‑qu‑); LJFazyM 82 (‑qu‑); 1494 Saint‑FlourDAOA 256b (aquo)

p. a. de loc. prép. '(tout) près de'

D: 1360/61 ⊂ CConsAlbiV2 1:11,121 (‑qu‑); 1391 Saint‑FlourDAOA 256b

L'a. occ. se distingue des autres langues romanes par le fait que, dans la catégorie des pron. dém. neutres, il est la seule langue à avoir produit, à côté des formes à spirante, un type à explosive [k]. En effet, les quelques rares attestations issues d'autres domaines linguistiques (cat. ou esp.) qu'on a pu présenter sont ou douteuses (graphies imparfaites de aço? cf. DECat 3:721a, DEM) ou s'expliquent par l'influence de l'a. occ., comme dans le cas de a. piém. co (Asti, Rohlfs2 2:493) et des attestations roussillonnaises que Coromines qualifie d'«exceptions». A. est censé représenter *ᴀᴄᴄᴜᴍ ʜᴏᴄ, base qui demande à son tour à être expliquée (*ᴀᴄᴄᴜᴍ, seul, est inconnu en roman, au contraire de ᴇᴄᴄᴜᴍ). Si l'on pose ᴀᴛqᴜᴇ ᴇᴄᴄᴜᴍ (locution courante chez Plaute et Térence et qui aura, plus tard, son pendant dans ᴀᴛqᴜᴇ ᴇᴄᴄᴇ), *ᴀᴄᴄᴜᴍ, en tant que produit de cette formation, fait difficulté. Par ailleurs, comme rien n'invite à chercher une solution du côté d'un passage de e prétonique à a, on pourrait penser à une base *ᴀᴛqᴜ-ᴇᴄᴄ-ʜᴏᴄ [atkek'ko] (cf. *atqueeccuille > aquel, conjecture de Baist que cite Kjellman 12), pour assurer au préfixe a‑ de ce type de dém. roman un statut tant soit peu «régulier». A. a ceci de particulier par rapport à a. occ. → aisso et à a. cat. asso que d'une façon générale, il n'a pas développé de forme courte, du moins en période médiévale. Abstraction faite de l'exemple a. piém. (cf. supra), il n'y a que de rares attestations limitées au nord du domaine occ., surtout au ms. O de GirRouss: → co. Pour ce qui est des graphies, aquo prédomine, surtout dans les chartes, sur aco, aqo ou acho (qui est rare). Aquot (A. a.) apparaît vers la fin du moyen âge, en compagnie d'aysot et d'aicit (Ronjat), peut‑être sous l'influence, pour le ‑t, de → aquest. Brunel signale encore acon (1450 Toulon, mentionné par Durand 112, cf. Kjellman,Brunel 545), forme qui ferait pendant à aisson, variante rare de → aisso (cf. le comm. à l'article).
Il est malaisé de définir, au‑delà des configurations particulières, les fonctions de a. par rapport à ses concurrents, et notamment par rapport à → aisso/→ so (cf. Kjellman 69–73). A. et aisso/so semblent s'employer indifféremment en fonction anaphorique et cataphorique. D'une manière générale, a. partage la plupart des emplois ci‑dessus spécifiés avec aisso/so et avec les formes correspondantes de l'a. cat.; de plus on trouve des équivalences fonctionnelles dans d'autres langues, comme p. ex. en a. fr. On peut donc faire remonter quelques‑uns de ces emplois au lat. (tard.), cf. pour A. f., B. a.g. Stempel. Dans d'autres cas, ces équivalences se manifestent à travers l'histoire de la langue. Ainsi l'occ. mod. fournit pour so de nombreux exemples des constructions avec aco citées ici (cf. B. j., k.; FEW 4:442b, 443, 445b n. 20).
Dans cette perspective, l'acception B. m. (et B. n.p.) mérite une attention particulière puisqu'elle a été, jusqu'à présent, mal analysée. Sauf erreur, Coromines est le seul à avoir critiqué (en passant) la manière «désorientée» dont le FEW rend compte des acceptions en question (DECat 8:72a; cf. aussi 3:721a). En effet, malgré la mise en garde formelle de Thomas (CVFerr2T 389 n. 1), le FEW, qui n'enregistre ni a. occ. a. 'bien rural' ni a. occ. en a. de 'chez', range a. occ. a. de s. v. ᴄᴀѕᴀ (2:451a) tout en citant occ. mod. en ako de 'chez' s. v. ʜᴏᴄ (4:443a). Il est pourtant évident que a. a connu un développement analogue à celui de cat. so, qui est non seulement devenu courant en cat. mod. dans l'acception 'predi o finca rustica' (son ou so'n, cf. AlcM 10:2b s. v. son5), mais qu'on retrouve aussi dans en ço (de) 'a casa de' (AlcM 3:229b–230a s. v. ço 4°), qui correspond à occ. mod. en so que 'chez' (FEW 4:442b; Rohlfs3 avec renvoi à cat. so'n, esp. lo de 'la propriété de…'). Il faut donc partir d'un générique a. 'ce qui appartient à…', qui, représenté la plupart du temps par so, s'est conservé en occ. mod. (cf. FEW 4:442b). Mais dès les premières chartes, il faut déjà entendre ce a. dans l'acception concrète 'propriété rurale, terres' (mal comprise dans CartRichR,Stroński 546), tout comme on trouve lat. hoc dans le sens de 'territoire' dans une charte lat. de 1138 (CartRichR 37,16). Il est vrai que parfois il est malaisé d'indiquer le sens exact des nombreuses attestations (cf. p. ex. ChartPrB 7,2, etc.; 13,11; 20,9, 10). Mais il n'est guère douteux que la locution rangée sous B. n. (qui réapparaît sous forme réduite en B. o., p.) s'est formée à partir d'un a. sémantiquement concrétisé. A., qui garde dans ses emplois substantivaux son statut formel de pron., n'admettant ni article ni formation de pluriel, a produit quelques toponymes (Aco des Raynauds, etc., B.‑Alpes, cf. DocMidiM 222 s. v. aquo de).

aico, aisso, asso, co, ico, o, so

REW 1728; FEW 4:443a [ʜᴏ̆ᴄ], 2:451a [ᴄᴀѕᴀ]; DECat 3:721a; DEM 1:442b. AlcM 1:122a [ac‑], 807a [aqu‑]. – Kjellman 67–73, 107; TL 2:78–84; Ronjat 2:325–26; AlcM 3:229b–230a, 10:2b; Stempel 202–05, 392–94; Rohlfs3 508, n. 326; Jensen3 272, 397, 409, 411, 421, 422, 1143; DECat 8:71b–72a.