alreṉ

Citations 

variante(s): aldre, aldres, allre, allrre, alre, alres, alsre, alsres, arle, aure, oure

pron. indéf.

A. indique une différence ou propose une alternative

a. a. (que, que non, si non) 'autre chose (que), quelque chose d'autre (que)'

T: BernVentA 4,60 (‑e E, a; ‑es A, L); GuilhSDidS 10,18 (‑e a1; ‑es Sg); GirBornS 32,6 (‑es C); RaimbVaqL 23,26 (‑e E); PCardV 17,30 (‑e T); JacGrill/LanfCigHarveyPPart 852,12 (‑e a1); LanfCigB 30,96 (‑e I, K, a1); Guilh4/GuionHarveyPPart 512,3 (‑e a1); BertZorziL 10,81 (‑e I); CervR 44,11 (‑e Sg); GuirRiqM 20,3 (‑e C); GuilhOlSchultzStud 267,14 (‑e R); GuilhOlSchultzStud 274,10 (‑e R)

L: DaurelL 917 (‑e); SEspCT 1,114 (‑e); ReglSBenPans 1:15,14 (‑e); JaufreBre 7507 (d; ‑e B, c); AuzCassS 2348 (‑e); DebCorsK 595 (allrre); FlamMa 4899 (‑e); FlamMa 8061 et pass. (‑e); FlamMa 2645 (‑es); BrevAmR2 1214 (‑es M; als res C); BrevAmR5 29793 (‑e M; ‑es C; als res K); ÉvNicSuchDenkm 34,1155 (‑e); SHonSRH 2277 (‑e G; arle A); LeysAm2A 3735 (‑e, cité comme «mot indifferen»); RecChantCorrRecMéd 367,7 (‑e); MystSEustG 368 (oure); MystSAndS 1400 (‑e); GlossIt2M 127 (‑e «altro, altra cosa»)

D: 1161 RouergueChartPrB 99,5 (‑e); 1185 LodévoisChartPrB 221,10 (‑e); v. 1190 RouergueChartPrB 253,4 (‑e)

b. [+ nég.] 'autre chose, rien d'autre'

T: AlegGambCSal 23,17 (‑e N); AldVilMarcGHP 20,24 (‑e C); PRogN 2,9 (‑e M, R; ‑es C) = Rn 2:43b (s. v. al); GuilhSDidS 11,25 (‑e C, D, R, a1; ‑es A); ArnMarE 206 (‑e R); PVidAv 46,5 (‑e Q); GavG 2,22 (‑e C; ‑es R); AlbSistS 13,19 (‑e a1); GuiUisAudTrUis 7,34 (‑e M; ‑es A, I, K); ElCairL 8,27 (‑e C, Da, H, I, K, M, R, E; ‑es A, G, N); ElCairL 11,54 (‑e C; ‑es A, N, R; als re H); PonsCapdN 15,7 (‑e I); GuilhDurfC 81,57 (‑es Mh2); PonsOrtT 1,42 (‑e C); GausbPuicS 4,13 (‑e C, R; ‑es A); PalR 2,20 (‑e Da); PBremRNovD 7,22 (‑e C); SordB 24,40 (‑e D; ‑es A); GuilhMontR 1,36 (‑e C); AnonDeBarthStorIt 186,22 (P); GuirRiqC 258 (‑e R); GuirRiqL 11.1,386 (‑e R); GuirRiqL 12,41 (‑e R); BernAurHershTrBéz 65,21 (‑es C); RaimCorn/PTrencNoulCDeuxMss 29,16 (‑es t1); JacTolJeanrInedBarc 6,38 (aldre); AnonPlanhP 157 (‑e o)

L: CortAmB 508 (‑e); DaurelL 264 (‑es); ChirRogR 437 (‑e); RonsGouirLRol 1324 (‑e); RonsGouirLRol 1418 (‑e); CroisAlbMa 19,8 (‑es); CroisAlbMa 150,33 (‑es); CroisAlbMa 91,5 (aldres); JaufreB 4406 (‑e A, B); JaufreB 4706 (‑e A, B); JaufreB 7184 (‑es A; ‑e c; ‑e B, cf. JaufreL 7200; JaufreBre: altre B); SÉnimB 228 (‑e); RazoGuilhBalVidasBS 327,48 (‑es R); EsposK 14 (‑es); EsposK 38 (‑es); SHonSRH 7834 (‑e M, B); PassS 114 (alsre); PassS 703 (‑es); RolSarGouirLRol 1225 (‑e); PriseJérC 37,19 (‑es); BlandCornH 775 (‑e); ÉvEnf2ÉvEnfGG 365,171 (‑e F; a(n)lre P2); LegAurT 46,4 (‑es); LegAurT 326,28 et pass. (‑es); MystSPPaulG 1044 (‑e)

D: 1395 ⊂ LÉtPrGH 7,11a (‑e); 1401 ⊂ LÉtPrGH 22,34a (‑e)

c. a. [+ nég.] mas (de), que, si non 'autre chose que, rien d'autre que, ne… que'

T: JRudP 3,23 (‑es C, e); PAlvF 18,19 (‑e C); BernVentA 27,57 (‑e); FolqMarsSq 11,6 (‑e D, P; ‑es I, K); FolqMarsSq 20,11 (N; ‑e I, K, P, O, a; ‑es A, Da); PVidAv 12,58 (‑e); UcBrunG 6,5 (‑e; ‑es A, N, T); PRaimC 12,21 (c, a; ‑e K); FalqRomGambCSal 10,15 (‑e c); FalqRomAG 3,3 (‑es E; ‑e C, R, T); RaimVidF 2,96 (‑e R); JoanAlb/SordHarveyPPart 864,7 (‑e a1); GuilhSalGuirSalS 3,29 (‑e R; ‑es C, E, e)

L: JaufreB 8263 (‑e A, B); JaufreB 8344 (‑es A; ‑e B); JaufreB 8961 et pass. (‑es A; ‑e B); JaufreBre 6914 (‑es B); SÉnimB 1213 (‑e); FlamMa 877 (‑es); BrevAmR5 32960 (‑e); VisOyngtZ 139 (‑es); GuilhBarraG 5324 (aldres); PassS 709 (alsre); PassS 824 (alsre); PassS 891 (alsre); LitC 469 et pass. (‑e); BlandCornH 1537 (‑e); LegAurT 43,22 (‑es); LegAurT 48,12 (‑es); LegAurT 280,7 (‑e); MystSEustG 742 (‑e); MystSEustG 2419 (‑e); MystSMartG 1655 (‑e)

d. a. (+ nég.) '[se référant à une femme] (ne… aucune) autre chose'

T: RaimbAurP 27,14 (‑es A); RigBarbV 4,29 (‑e I, cf. la note au vers); MongeMontR 18,17 (‑es C); GuiUis/ElUisHarveyPPart 468,44 (‑e R, a1); RaimAlJeanrJoies 2,24 (‑es t1)

e. per a. [+ nég.] (mas que) 'pour aucune autre raison (que)'

L: SGeorgC 146,500 (allre); MystSEustG 2781 (‑e)

f. ne poder a. (+ nég.) '(ne) pouvoir faire autrement'

T: GuirRiqC 819 (‑e R)

L: PassS 1194 (‑es); RomArlH 1046 (arle)

g. a.… a.… 'une chose… une autre…'

L: LibScintW 65B,2–3 (‑es)

h. ren () a. [+ nég.], a. () ren [+ nég.] 'rien d'autre'

L: GirRoussHo 2382 (‑es, vers sans rime); RonsGouirLRol 625 (‑e); JaufreB 6433 (‑es A, B); JaufreB 7327 (als re c; ‑e B, cf. JaufreL 7343; JaufreBre: altre B; JaufreB: altre A); PassS 140 (‑es)

D: 1191 RouergueChartPrB2 506,10 (‑e); v. 1195 RouergueChartPrB 294,11 (‑e)

i. (nula) ren () a. [+ nég.] mas 'rien d'autre que'

L: ChirRogR 931 (‑e); JaufreB 861 (‑es A; ‑e B, cf. JaufreL 871; JaufreBre: altre B); LégCR 9,53 (‑e); BlandCornH 1653 (‑e); BlandCornH 1845 (‑e); LegAurT 323,18 (‑es)

j. l'a. 'le contraire'

T: PCardV 17,30 (‑e C, R)

k. 'quoi que ce soit'

L: JaufreB 3536 (‑e A, B); FlamMa 3087 (‑e); FlamMa 6830 (‑es); ÉvEnfGG 193,144 (‑e P1); PriseJérC 39,20 (‑es); ÉvEnf2ÉvEnfGG 303,189 (‑e P2, F); ÉvNic3T 103d,22 (‑e); MystSMartG 525 (‑e)

B. à valeur additive

a. 'autre chose encore, quelque chose de plus'

T: PAlvF 10,22 (‑e R, V; ‑es C); GuiCavPBremRNovD 15,12 (‑e H); BertZorziL 15,35 (‑es A)

L: JaufreB 4851 (‑es A; ‑e B); AuzCassS 2029 (‑es b; ‑e n); JViergeSuchDenkm 280,258 (‑e); FlamMa 7651 (‑e); BrevAmR5 28969 (‑e M; als res K); PassS 2273 (‑es); VoySPatJeanrVVoy 480 (‑es); MystSPonsG 5884 (‑e); MystSAndS 1877 (‑e)

b. [+ nég.] 'rien d'autre, rien de plus'

T: CercT 2,33 (‑e f); PBremTortB 2,24 (‑es I); AimBelP 8,25 (‑e A, D, E, R, C, H); GuirRiqL 14,30 (‑e R); RaimCornNoulCDeuxMss 7,45 (‑es t1, Sg; cf. MassóInedBarc 121,45)

L: JaufreB 6219 (‑e A, B); JaufreB 6474 (‑e A, B); JaufreB 8241 (‑e A, B); BrevAmR5 28919 (‑e M; ‑es C, D; als res K); PassS 1190 (‑es); SAlexSuchDenkm 143,652 (‑e)

D: 1495 H.‑AlpesDocMidiM 431,33 (aure)

c. ren a. [+ nég.] 'rien de plus'

L: GestaKarS 1468 (‑e B, P)

d. que… a. 'que… encore, que… de plus'

T: RaimVidC 388 (‑e R)

L: JaufreB 5351 (‑e A; ‑es B); JaufreB 9675 (‑es A; ‑e B); JaufreB 10097 (‑es A; ‑e B); JaufreB 10595 (‑e A, B)

e. ses a. 'sans plus, tout simplement'

L: RecChantCorrRecMéd 361,13 (‑e)

f. l'a., tot a., tot l'a. '(tout) le reste'

T: FalqRomAG 9,2 (‑e E); BertrAlS 5,10 (‑e M); BertrCarbR 6,16 (‑e R); RaimCornNoulCDeuxMss 53,38 (‑e t1)

L: ChirRogR 360 (‑e); JaufreB 6142 (‑e A); JaufreB 7955 (‑e A, B; alsre c); NouvPGuilhC 67 (‑es); LibMorZ 265 (‑es); LegAurT 389,13 (‑es); RecChantCorrRecMéd 373,13 (‑e); MystSEustG 914 (‑e)

D: v. 1140 QuercyChartPrB 34,37 (‑es); v. 1182 RouergueChartPrB 202,26 (‑e); v. 1184 RouergueChartPrB 213,15 (‑e); CensChomM 312 (‑es)

Comp. de → al et de → reṉ, élements qui se retrouvent dans l'ordre inverse dans la collocation ren al (→ al A. h. m., B. f. , g.) qui, à son tour, fait pendant à ren a. (cf. ci‑dessus A. h., i., B. c.). A. est attesté dès les premiers textes (JRud, Cerc, v. 1140 Quercy), et si dans une minorité d'exemples les deux composantes apparaissent séparées graphiquement, il n'y a pas lieu de refuser à a. le statut de composé (statut pas encore atteint dans als non re de SaviD, cf. → al, sous B. g.). Cela ne signifie pas que la composition ne soit plus transparente: la variante als de → al se retrouve dans la forme alsre que présente p. ex. PassS (sous A. b. et c). Mais il y a une série d'indices qui plaident en faveur de a. en tant qu'unité lexicale: l'emploi nominal (B. f.), l'insertion sporadique d'une consonne épenthétique dans aldre(s) (p. ex. JacTol ou CroisAlbMa, sous A. b.), la métathèse dans arle (SHonSRH, sous A. a., RomArlH, sous A. f.), l'ajout d'un ‑s dit «adverbial» à la fin du comp. dans alres et surtout le fait que la représentation graphique de la seconde composante est pratiquement toujours ‑re et non ‑ren. On s'attendrait pourtant à une alternance comparable à celle des descendants a. occ. re et ren de lat. ʀᴇ̄ᴍ, qui, si l'on s'en tient à la COM2, ont une fréquence à peu près égale (les attestations de res, sans n devant un ‑s flexionnel, n'y étant pas prises en considération). Il est vrai qu'on a enregistré quelques rares exemples de alren (JaufreBre, Anon ⊂ DeBarthStorIt, FolqMarsSq, PRaimC, sous A. a.c.), mais les mss. en question sont – à une exception près – d'origine italienne. On ajoutera que dans alres la deuxième composante a abandonné son statut formel de substantif, acquérant ainsi un statut qu'on peut qualifier de neutre (cf. Jensen3 498), statut qui se traduit dans les collocations du type alres (…) ren (A. h.), alors que dans l'ordre inverse des composantes, re(n) garde tout naturellement son genre fém. d'origine: nuilla ren alre (LégCR, sous A. i.).
À tout prendre, on pourra se demander si la dégradation formelle de la seconde composante de a. – qui ne se produit pas p.ex. dans le cas analogue de a. occ. → granreṉ, dont les graphies ‑re et ‑ren sont, selon la COM2, réparties de façon à peu près équilibrée – n'a pas eu pour dernière conséquence le déplacement de l'accent à la première syllabe. L'intérêt de cette question réside dans le fait que Coromines (cf. DECat) pose pour son analyse de a. cat. alre (analyse qui, par ailleurs, est aberrante) l'accent sur la première syllabe (témoin entre autres a. cat. alra). Pour ce qui est de l'a. occ., il semble y avoir des contre‑indices: alre rime avec ben (RecChant, sous A. a. et B. f.), alres avec s'es (GuilhDurfC, sous A. b.). Mais comment expliquer la rime autres : alres (BrevAmR2 1214 sous A. a.)? Coromines cite, d'après Mistral, toute une série d'exemples de l'occ. mod. à l'accent tonique sur la première syllabe du type aur(r)e, oure, qui sont confirmés par le FEW (24:324b) et qui semblent continuer a. occ. oure (MystSEustG, sous A. a.) ou aure (1495 H.‑Alpes, sous B. b.). La question reste ouverte.
Une analyse plus poussée devrait aussi se pencher sur les cas d'apparente synonymie entre a. et → autre, altre dont témoignent par‑ci par‑là les variantes respectives (cf. Jaufre, sous A. b., h. et i.).

al, autre

REW 349.1, 7236; FEW 24:324b [ᴀʟɪᴜѕ]; DECat 1:238a [s. v. altre]. AlcM 1:390a [s. v. al pron., adj.], 1:546b [alre]. – Pfister2 51; Jensen3 498, 568, 569.