[aissens]

Citations 

variante(s): aisens, aisenz, arcen, arcens, ascenz, assench, assens, aycens, ecsens, ecxens, eisens, eisseis, eissens, eixens, essiens, exens, eychins, eysens, eyssen, eyssens, eyssent, eyxens, hoysent, hyssent, issens, issenx, oysent, vyssent, yssen, yssens, yssent

n. m.

a. 'absinthe [plante ou parties de la plante]'

T: BertrBornG 8,91 (ey‑ C; ascenz F; ais‑ U; aisenz V, a1) = Rn 2:18b, 2:18b (s. v. absens, s. v. eyssens) = Lv 1:42a (s. v. aisens)

L: AuzCassS 2847 (ei‑ n; ex‑ v); AuzCassS 3417 (ei‑ n; ex‑ v); AuzCassS 3489 (ecx‑ b, ais‑ n); AuzCassS 3625 (ecs‑ b); AuzCassS 3706 (essiens n; eyx‑ v); RecMédPrB 188 (eis‑); RecMédPrB 266 et pass. (eis‑); RecMédPrM 281,16 (eisseis); RecMédPrM 286,8 (dels arcens); RecPharmB 9 (eis‑); RecPrincCorrRecMéd 141,7 (eis‑); RecPrincCorrRecMéd 158,8 (eis‑); RecPrincCorrRecMéd 144,14 (eix‑); RecPrincCorrRecMéd 157,13 et pass. (eix‑); RecAuchCorrRecMéd 183,8 (eychins; RecPyrB 1a: leychins «lychnide»); RecAuchCorrRecMéd 248,26 (ass‑; RecPyrB 507: iss‑); RecVétCS 6 (eys‑); RecChantCorrRecMéd 279,17 (ei‑); RecChantCorrRecMéd 294,2 (assench); RecChantCorrRecMéd 304,12 (issenx); RecChantCorrRecMéd 309,27 (ass‑); RecChantCorrRecMéd 333,13 (ass‑); RecChantCorrRecMéd 316,18 (ey‑); RecChantCorrRecMéd 394,19 (yssent); RecChantCorrRecMéd 395,23 et pass. (yssent); RecChantCorrRecMéd 394,22 et pass. (yssen); RecChantCorrRecMéd 395,1 (eyssent); RecChantCorrRecMéd 395,15 (yss‑); RecChantCorrRecMéd 395,16 et pass. (yss‑); RecChantCorrRecMéd 395,11 (hyssent); RecChantCorrRecMéd 395,30 (eyssen); RecChantCorrRecMéd 396,2 (vyssent); GlossLat2P 96 (ei‑); VertDB 100a (hoysent); BibCarpN 269rb (oysent); GlossBotS 4a,39 (eyssensis, contexte lat.)

b. 'boisson à base d'absinthe'

L: NTestParW 414,11 (ayc‑, éd.: corr. en aucens); BibCarpN 143vb (oysent); NTestZurS 394r (oysent)

De *ᴀxɪɴᴛʜɪᴜᴍ, variante qui remplace abs‑ de lat. ᴀʙѕɪɴᴛʜɪᴜᴍ (< gr. ἀψίvθιοv) 'plante aromatique amère, Artemisia absinthium L.' par ax‑, cf. lat. méd. axentium attesté déjà au 9e s. (MLW 1:48; FEW 24:52a). Grâce à ses propriétés médicinales, a. désigne principalement la plante, en tout ou en partie, telle qu'elle entre dans des préparations pharmaceutiques.
Pour expliquer la forme arcen(s) (RecMédPrM, sous a.), Pfister3 38–39 hésite entre l'hypothèse – pourtant phonétiquement moins probable – d'une dissimilation à partir de occ. *ancens (cf. la variante ansinti s. v. → absinci) et celle d'une contamination par le nom a. occ. de l'armoise commune (Artemisia vulgaris L.), attesté entre autres sous la forme → arcemisa, la proche parenté entre l'absinthe (armoise absinthe) et l'armoise commune pouvant être à l'origine d'une influence formelle de → arcemisa sur a. C'est arcen(s) qui paraît être à la base de la variante normalisée arsen que LvP enregistre s. v. aisens.
Les leçons aissens et absens données pour BertrBorn (sous a.) respectivement par l'éd. BertrBornS (cf. Lv s. v. aisens) et par Rn (s. v. absens, à côté de eyssens), ne figurent dans aucun des chansonniers. Ont été regroupées avec le type → ensens les formes essens et ecens.

absinci, albina, aussens, encens, ensens

REW 44; FEW 24:52a [ᴀʙѕɪɴᴛʜɪᴜᴍ], 1:10a [ᴀʙѕɪɴᴛʜɪᴜᴍ]; DECat 3:185a; DECH 1:95a; DEM 2:646b; LEI 1:173; DAO 1065; AlcM 2:80b [assensi]. – Rolland 7:67–68; André 13–14; Pfister3 37–41, 133; Corradini3 72–79.