[adolhar]2

Citations 

variante(s): abelhar, adulhar, ahulhar, aolhar, asulhar, aulhar, aülhar, avelhar, azolar, azolhar, azular

v. tr. dir.

'ouiller, remplir jusqu'à la bonde [un tonneau de vin]'

D: LCBonisF 2:167,19 (ao‑ abs.); LCBonisF 2:435,32 (az‑); LCBonisF 2:518,25 (az‑); 1358 ⊂ Pans 2:56,28 (azular); 1396 MarmandeArchGir 5:210,32 (asu‑); 1398 ⊂ DocMarsP 237,19 (ahu‑); v. 1400 AptLRaisPrB 24,18v (ahu‑ abs.); 1409 B.‑AlpesDocMidiM 378,26 (adu‑ abs.); 1418 ⊂ Pans3 (azolar); OrdDigneL 6 (au‑); ArchBPyrLespyR 1:4a (avelh‑, s. v. abelh‑, abs.)

Parasynth. de → olh, avec a(d) (prép., → a2) marquant un rapport de lieu 'jusqu'à'; pour la forme de la prép., cf. → adagar. Le verbe, propre au gallo‑rom., présuppose un emploi métaphorique de 'œil' qui est attesté par a. fr. oel 'bonde' (FEW 7:317a); cf. aussi a. gasc. oelh 'endroit d'où sort une source' (Lv 5:473a s. v. olh 3°). À ce rattachement à lat. ᴏ̆ᴄᴜ̆ʟᴜѕ, Gamillscheg préfère une formation analogue à partir de lat. ᴅᴏ̄ʟɪᴜᴍ 'tonneau', d'où proviendrait a. occ. → dolh 'bonde' (cf. EWFS; le FEW, lui, range a. occ. dolh 'bonde' s. v. germ. *ᴅᴜʟᴊᴀ 'douille', 15/2:80b). Une telle étymologie *ad‑doliare pose pourtant des problèmes phonétiques, les résultats occ. et fr. présentant le traitement ad‑ > az‑/as‑ > a‑ (cf. FEW 3:119a n. 1).

FEW 7:317a [ᴏ̆ᴄᴜ̆ʟᴜѕ] TL 1:408; Gdf 1:310c. – EWFS 666b.

adolhadura, adolhatge, olhar